Phases de l’allumage

Les systèmes d’allumage les plus classiques (jusqu’à la fin des années 1980) utilisaient une bobine d’allumage centrale pour générer la tension électrique nécessaire à l’inflammation du mélange air/carburant.

Un système mécanique (le distributeur) distribue la tension électrique à la bougie d’allumage de manière synchronisée avec le cylindre en phase de compression, pour générer l‘inflamation du mélange.

La tête de distributeur transmet une tension élevée (entre 20.000 et 40.000 volts) via le faisceau haute tension connecté à l’embout terminal de la bougie.
Le courant électrique traverse alors la bougie via l’électrode centrale, traverse la résistance puis passe de l’électrode centrale à  l’électrode de masse en créant un arc électrique, appelé  «étincelle».

Le principe reste identique pour les sytèmes récents mais la bobine dite « crayon » ou une rampe d’allumage est souvent connectée directement sur chaque bougie. Ces bobines sont pilotées électroniquement par le calculateur. L’allumage est donc plus fiable et plus précis qu’autrefois.

Plus d’informations :

  • Faisceaux d'allumage : pour optimiser la transmission de la haute tension des bobines aux bougies d’allumage et produire une étincelle puissante, la qualité des faisceaux d'allumage est primordiale.